Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mais non Jojo , t'es pas tout seul...! Attention, semaine chargée...et Manif à St Cyprien le 8 mars à 12 heures

Info Demosphère

et info Dépêche...

Grève des contrôleurs aériens, défense de l'hôpital et du service public, revendications salariales, journée des droits des femmes : les mécontentements s'exprimeront tous azimuts tout au long de la semaine. Des perturbations sont à prévoir.

Aérien, ferroviaire, santé, emploi, fonction publique… de nombreux secteurs se mobilisent cette semaine sur le front social. De quoi craindre des perturbations, voir paralysies, de l'activité de l'Hexagone. Passage en revue des mouvements prévus et de leurs revendications.

Dès aujourd'hui, ce sont les contrôleurs aériens qui ouvrent la marche. Depuis ce matin 6 heures, une semaine de grève, initiée par l'Unsa, 3e syndicat chez les aiguilleurs, vise à ce que des propositions d'organisation du temps de travail pour trois centres de contrôle (Brest, Bordeaux et Aix-en-Provence) soient prises en compte. Selon l'Aviation civile, «25 % des vols qui traversent ou desservent le sud de la France seront impactés au cours de la semaine, 33 % pour l'ouest». Air France a indiqué qu'elle assurerait 100 % de ses vols long-courrier, 99 % sur le moyen-courrier et plus de 80 % des liaisons intérieures. La compagnie n'exclut cependant pas des retards. Pour sa part, EasyJet a annulé 38 vols prévus ce jour.

Également ce lundi, les syndicats SNU-FSU, FO, CGT et Solidaires de Pole Emploi ont appelé à débrayer pour protester notamment contre la réduction du nombre de postes d'agents chargés de l'indemnisation et la «dématérialisation à outrance».

Un pic de mobilisation mardi

Demain justement constituera le pic de la mobilisation avec une kyrielle mouvements. Des grèves et manifestations sont en effet prévues dans le service public avec nombreuses initiatives en régions, selon la CGT. Un mouvement soutenu par les agents territoriaux qui dénoncent des «attaques concertées contre le service public local» : mutualisation des services et mobilité forcée, baisse des dotations de l'État qui impacte les effectifs… La fonction publique d'État, CGT, FO, FA-FP et Solidaires «soutiennent pleinement toutes les initiatives», notamment les revendications communes aux trois fonctions publiques sur les rémunérations, l'organisation des carrières, les suppressions de postes et le statut.

Le secteur de la santé emboîtera le pas aux fonctionnaires. Dans les établissements privés et publics, l'intersyndicale FO-CGT et SUD a appelé à la grève contre la dégradation des conditions de travail. Elle réclame «l'abandon» des groupements hospitaliers de territoire (GHT), du plan triennal d'économies de 3,5 milliards, ou encore «l'arrêt des fermetures de lits». Les infirmiers salariés et libéraux, également invités à cesser le travail par un collectif d'une dizaine d'organisations, participeront au rassemblement parisien et à des actions en région.

Mardi toujours, des revendications salariales dans le secteur de l'énergie aboutiront à une nouvelle journée de mobilisation «pour la revalorisation des salaires» et «contre la casse des entreprises» des IEG (Industries électriques et gazières, près de 150 000 salariés). Les syndicats demandent l'ouverture d'une négociation sur le salaire de base du secteur.

Scruté de près, le mouvement à Air France inquiète d'ores et déjà les usagers. Plusieurs syndicats au sol (CGT, FO, SUD, Unsa) appellent à la grève pour peser sur les négociations salariales s'ouvrant dans la journée, alors que la rémunération des dirigeants de la compagnie fait polémique. Le programme des vols n'en sera pas affecté.

Inégalité salariale homme-femme

Mercredi, ce sera au tour des femmes de faire entendre leur voix à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes. Associations féministes, syndicats (CGT, FSU, Solidaires), ONG et organisations de jeunesse conjugueront leurs efforts pour que «2017 soit enfin l'année de l'égalité». Ils ont lancé un appel à débrayer à partir de 15 h 40, heure «à laquelle les femmes arrêtent d'être payées chaque jour», si l'on compare leur rémunération à celle des hommes, inférieures de 26 % selon leurs calculs.

À la SNCF, la CGT-cheminots et SUD-rail ont relayé le mot d'ordre. Outre des préavis déposés dans la fonction publique, des appels à la grève ont été lancés dans le commerce, la propreté et le numérique notamment.

Tag(s) : #Nos luttes locales

Partager cet article

Repost 0