Savez-vous que la fonction publique est le premier employeur de France ? Un français actif sur cinq travaille dans cette grande maison. Mais elle est aussi le premier recruteur national ! Même si certains employeurs territoriaux se montrent un peu

plus frileuxles opportunités d'emploi restent importantes dans la petite enfance et l'aide à la personne

(relation à la personne déconsidérée / salaires mal payés). Dans la fonction publique d'Etat, des

créations de postes ont été annoncées dans la sécurité, la défense et la justice, mais aussi dans l'Education

nationale : professeurs des écolesadjoints administratifs, assistants sociaux... (courage...)

De son côté, la fonction publique hospitalière oriente toujours ses efforts de recrutements (des efforts?)

vers les aides-soignants, les infirmières et les agents hospitaliers. (Qui veut encore le faire au

vu des salaires et des conditions de travail...)

2. Avoir le choix entre des centaines de métiers (moi, j'aurai aimé être pianiste ...)

Il existe 260 métiers dans la fonction publique d'Etat, 235 dans la fonction publique territoriale,

200 dans la fonction publique hospitalière. Qui dit mieux ? De l'agent d'accueil dans une bibliothèque à

la secrétaire médicale, du policier à l'Atsem, de l'aide-soignant au militaire, de l'animateur

territorial au gestionnaire de données informatiques , du responsable achats au surveillant de

prison, il y en a pour tous les goûts ( plutôt les coups). Sans compter les métiers se rattachant à la Ville de

Paris, à la fonction publique parlementaire et aux institutions européennes (priez pour nous)

3. Devenir fonctionnaire quel que soit son profil 

De l'autodidacte au surdiplômé, du jeune au sénior ou à la personne en situation de

handicap, tout le monde peut devenir fonctionnaire en réussissant le concours qui correspond à

son profil. (Comme pour le loto, 100% des gagnants qui l'ont réussi l'on tenté...)

Dans certains postes d'exécution comme l'adjoint administratif ou l'agent hospitalier,

vous pouvez même sauter l'étape du concours. La sélection se fait alors sur CV, lettre de

motivation et entretien (à la recherche de l'élu perdu). Si vous avez moins de 26 ans et que vous êtes peu ou

pas qualifié, le PACTE (Parcours d'accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière et d'État) peut vous

conduire à une titularisation après un ou deux ans en CDD. Si vous préférez travailler dans la fonction

publique sans avoir le statut de fonctionnaire, c'est possible aussi via les emplois d'avenir (réservés aux jeunes), ou des contrats de droit

public comme les CDD ou les CDI (combien d'entre eux le souhaitent?)

Vous serez alors considéré comme un contractuel (bien dit!)

4. Changer d'emploi en toute sécurité (faut y croire)

Cerise sur le gâteau : en devenant fonctionnaire, vous pourrez changer d'emploi en restant dans la même

fonction publique grâce à la mutation, intégrer une autre fonction publique soit pour un temps limité

(le détachement ou mise à disposition) soit définitivement (l'intégration directe), évoluer hiérarchiquement grâce aux concours internes ou aux examens professionnels. Tous les fonctionnaires ont ce droit à la mobilité (comme le droit au logement, le droit

pas le logement...)

Pour ceux qui réussissent un concours dans la fonction publique territoriale (la galère commence pour trouver le poste), vous pouvez même choisir

votre employeur en postulant n'importe où en France, alors que les lauréats d'un concours de l'Etat ou de l'hospitalière sont directement

affectés à un poste.

5. Privilégier le service du public (si on pouvait le faire mieux...)

Servir et promouvoir l'intérêt général, participer au développement d'une région, d'une ville ou d'un hôpital,

se sentir utile, ne pas être dans la recherche du profit à tout prix, (il vaut mieux...) peuvent aussi être des

sources de motivation. Quoi qu'on en dise, certains candidats ont encore la mission du service public

chevillée au corps (c'est dingue non?)