Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contre la régression intellectuelle, culturelle et politique

Editorial de Patrick Le Hyaric, dans l'Humanité Dimanche. Permettre au peuple de prendre en main son avenir à partir d’un nouveau projet démocratique : un enjeu décisif pour reconstruire un avenir commun.

Le virus Ebola vient de donner la mort à plus de 5 000 personnes ; les barbares de Daesh égorgent, tuent, violent en se réclamant d’une religion qu’ils salissent chaque jour de leurs crimes ; des multinationales, des banques et des fonds financiers se vautrent dans la mer d’impunité des paradis fiscaux, tandis que les peuples sont soumis à l’enfer de l’austérité, du chômage et de la pauvreté qui, partout, bat des records. Un important rapport des experts du climat souligne l’impérieuse nécessité de mettre en oeuvre des réorientations sérieuses de nos systèmes productifs et sans doute des manières de consommer. Des économistes alertent sur les risques d’une nouvelle crise financière mondiale. Chacun à leur façon, dans des conditions d’extrêmes difficultés, les peuples kurde et palestinien se battent pour être reconnus et pouvoir exister. Les États-Unis connaissent une nouvelle donne avec la victoire des républicains au Congrès, avec des conséquences mondiales. Se discutent, à l’abri des regards, des traités de libre-échange avec le Canada et les États-Unis qui auront de lourdes conséquences sur nos vies. Les tensions montent aux limites de l’Union européenne et de la Russie. Un climat de guerre froide marque la dernière réunion du G20. Nous pourrions ajouter encore à cette liste d’autres sujets fondamentaux, essentiels pour l’organisation de nos sociétés. Ils appelleraient débats, élaborations de choix politiques, économiques, géopolitiques.

S’ils étaient discutés, ils feraient l’objet de points de vue et de controverses dans nos assemblées, comme dans la rue, les bistrots, à la radio et à la télévision. Nous aurions de riches débats, nos concitoyens agiraient, s’organiseraient, se doteraient de projets collectifs. Or, pendant que les événements cités plus haut se déploient, de quoi a-t-on parlé ? D’une Nabilla devenue le centre du monde pour une affaire de poignard blessant son ami. Puis d’un déjeuner dans un restaurant entre une haute personnalité de l’État et un ancien premier ministre, venu paraît-il demander au premier d’enfoncer l’ancien président de la République pour l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle dans... trois ans. À cette occasion, nombreux sont nos concitoyens qui ont découvert que ce M. Jouyet, secrétaire général de la présidence de la République, avait deux maîtres à la fois : l’ancien et l’actuel président de la République. Découvert aussi qu’il valait mieux ne pas lui confier de secrets. Il aura du mal à l’avenir à inspirer confiance à d’autres chefs d’État ou de gouvernement avec qui il doit discuter, pas plus qu’avec les ministres, les militaires ou la hiérarchie du ministère de l’Intérieur.

Alors que N. Sarkozy avait réduit la politique à une affaire de « crocs de boucher », de Kärcher pour les cités, de « travailler plus » pour les ouvriers, voici que M. Hollande envoie son plus important collaborateur discuter de la longueur de la lame du poignard avec lequel il égorgera son prédécesseur, tout en poursuivant méticuleusement l’opération qui lui permettrait d’être face à Mme Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Voilà où ils en sont ! Et de fait, le seul gagnant est l’extrême droite qui prospère, au coeur de la nécrose de la démocratie, de l’organisation d’un incroyable brouillage des repères, de l’étouffement de toute pensée progressiste. Il est d’ailleurs vraisemblable qu’une partie non négligeable de la bourgeoisie considère, comme dans d’autres temps, cette nouvelle extrême droite comme une bouée de sauvetage du capital. Le dernier scandale en date est l’énorme différence de traitement d’un meeting d’une droite extrême contre la loi Taubira, permettant à N. Sarkozy de se renier en boucle dans les radios-télévisions, et celui de plusieurs manifestations rassemblant 100 000 personnes contre l’austérité.

Nous appelons à résister à cette régression intellectuelle, culturelle, politique. Laisser faire serait se condamner à ne plus pouvoir élaborer ensemble un projet collectif, en renonçant à trouver les chemins d’un nouveau destin commun à l’opposé de celui des simplismes, des populismes rances, des haines racistes, d’un déclinisme abêtissant. Que les médias enfin ouvrent grand les portes d’un pluralisme culturel, politique, historique, scientifique, qu’ils cessent de valoriser les pulsions, les émotions, au lieu de l’intelligence et de la pensée. Qu’on fasse réellement de l’éducation et de la formation, tout au long de la vie, un grand objectif national et européen. Qu’un débat s’instaure sur les nécessités de l’avenir du point de vue de la vie humaine, de l’environnement, de l’intérêt général, et non plus à partir de normes comptables, servant de paravent à tous les mauvais coups contre le bien commun.

Mais ce que révèle, une fois de plus, cette pitoyable affaire « Fillon-Jouyet », c’est ce système présidentiel à bout de souffle, où ne prime que la recherche de la réélection dans le cadre d’une soumission de plus en plus grande aux institutions européennes et aux marchés financiers. Pour se faire réélire ou se maintenir au pouvoir, tous les coups, toutes les manoeuvres, toutes les tromperies sont permis, au point de faire de notre beau pays un marécage, dans lequel surnagent de puissants crocodiles aux dents longues, pendant que le peuple souffre et souffre toujours plus. Un peuple qui doute aussi de plus en plus. Il serait criminel de le laisser dans les dramatiques impasses du découragement et de la désespérance. Lui permettre de prendre en main son avenir à partir d’un nouveau projet démocratique, d’une nouvelle République, devient l’un des enjeux décisifs pour reconstruire un avenir commun, progressiste et écologiste. Cela nous confère, avec d’autres, la responsabilité des débats et de l’action pour rouvrir les chemins d’une marche en avant vers la civilisation.

Tag(s) : #Contre-Culture

Partager cet article

Repost 0