Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre société crée des gens heureux!

Le bonheur est un état durable de plénitude, de satisfaction ou de sérénité, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, le stress, l'inquiétude et le trouble sont absents.

Étymologiquement, ce mot vient de l'expression « bon eür ». « Eür » est issu du latin augurium qui signifie « accroissement accordé par les dieux à une entreprise ». Ce mot latin est lui-même issu d'une racine indo-européenne (reconstituée) aweg, dont les autres principaux représentants en latin sont :

  • augere, auctus : « s'accroître » qui a donné augmenter…
  • auctor : « qui fait croître », « fondateur », « auteur », qui a donné auteur, autoriser, autorité, octroyer…

Du point de vue de l'étymologie, le bonheur est l'aboutissement d'une construction, qui ne saurait être confondue avec une joie passagère. Le fait que la création d'un auteur s'accroisse durablement provoque en lui-même l'accumulation des satisfactions, ce qui le mène au bonheur.

L’économie du bonheur est une branche émergente de l'économie. Elle se distingue de l'économie du bien-être en ce qu'elle ne fonde pas ses analyses sur le bien-être, sous-entendu le bien-être objectif, c'est-à-dire la santé, l'éducation, l'environnement, etc., mais sur le bonheur, qui est un état conscient subjectif.

Rationalisation économique d'un principe subjectif

De par sa nature, le bonheur est subjectif2. Il est difficile de comparer, le bonheur d'une personne avec celui d'une autre3. Il l’est d’autant plus de comparer ce concept entre différentes cultures et différents pays3. Cependant, les économistes du bonheur, croient pouvoir résoudre ce problème comparatif : le croisement de larges échantillons de données dans l'espace (nations) et dans le temps, permet d'obtenir des motifs d'évolution illustrant leurs propos3.

Abraham Maslow établit que le bonheur humain résulte de la satisfaction de besoins et de désirs qu'il hiérarchise dans lapyramide des besoins de Maslow. Cette hiérarchisation peut ensuite être utilisée pour évaluer le bonheur global des individus.

La micro-économie, à son tour, s’efforce de mettre cette mesure du bonheur sous forme d’équation : 3, où est le bien-être déclaré par un individu au temps , et est le vecteur de variables connues, socio-démographiques, socio-économiques, etc.3

Parmi les facteurs déterminants du bonheur4, citons l'argent, fortement corrélé au départ et moins au fur et à mesure que la richesse augmente3,5. Une étude6 montre que le revenu, corrigée de l'impact du statut social, n'est pas corrélé avec le bonheur. Le temps libre est également corrélé avec la satisfaction. Plus généralement, il y a une corrélation entre le bonheur et le sentiment de mener la vie qu'on veut et d'en contrôler son développement. Le chômage, ou la peur de perdre son emploi (rationnelle ou non) est une source importante d'insatisfaction7. Le mariage est aussi corrélé avec le bonheur, encore qu'il faille déterminer si, introduisant un biais statistique dans la relation de cause à effet, les gens optimistes et heureux ont plus tendance à fonder une famille que les pessimistes et les gens malheureux4.

Une étude menée par l’Université de Zurich suggère que la démocratie et le fédéralisme contribuent au bien-être des individus8. Plus il y a de démocratie directe et de possibilité de participer à la politique, plus le bonheur subjectif est élevé8. Le libéralisme économique est fortement corrélé avec la satisfaction déclarée9,ce que l'on peut rapprocher du critère précédemment listé du sentiment de contrôler le développement de sa vie et de mener la vie qu'on veut.

Tag(s) : #Contre-Culture

Partager cet article

Repost 0